F.S.U.

Accueil >

__A JETER ?__

>

_# 99. Archives antérieures au 31 mars 2008

>

Conseil Supérieur de la Fonction Publique de l’Etat : Aucune (...)

_# 99. Archives antérieures au 31 mars 2008

Conseil Supérieur de la Fonction Publique de l’Etat : Aucune véritable réponse

mardi 17 juillet 2007

Conseil Supérieur de la Fonction Publique de l’Etat

Aucune véritable réponse

La FSU prend acte des trois conférences annoncées par les ministres lors de la réunion du CSFPE, et y fera entendre ses revendications et ses propositions.

Mais elle n’y voit aucune réponse aux attentes exprimées par l ‘ensemble des organisations syndicales pas plus qu’aux problèmes réels de la Fonction Publique.

L’à priori du non remplacement d’un départ sur deux a été réaffirmé indépendamment de toute considération sur les missions et besoins des services publics.

Aucune perspective de maintien du pouvoir d ‘achat de tous n’est affichée.

Un tel refus d’entendre ne peut que constituer un signe particulièrement négatif pour la volonté de dialogue social pourtant affirmée par les ministres.

Quelle est la pertinence d’une conférence sur les missions et les valeurs de la Fonction Publique si les décisions continuent d’obéir à une logique purement comptable ?

D’autant que dans le même temps sont décidées de considérables mesures d’abattements fiscaux sans que jamais n’en soient débattues la pertinence et la justice économiques et sociales au regard des coupes imposées aux services publics.

Comment prétendre moderniser la gestion des ressources humaines et mieux répondre aux besoins sur la base d’une perte de pouvoir d’achat de tous ?

Par ailleurs, la FSU s’inquiète d’une conception de la GRH contradictoire avec les principes pourtant réaffirmés par les ministres d’une fonction publique de carrière. D’autant plus qu’est largement esquivée la question de la précarité dans les fonctions publiques.
S’agissant du dialogue social, les propositions ne font pas preuve d’une grande originalité ; la FSU regrette que les ministres, à la différence des propos du Premier Ministre sur le secteur privé, ne se soient pas engagés plus fermement sur une réforme des règles de représentativité.

Dans ces conditions la FSU continuera à porter ses propositions et revendications et se concertera avec les autres organisations syndicales pour construire dans l’unité l’intervention des personnels.

Paris, le 17 juillet 2007

Partager cet article :