F.S.U.

Accueil >

Nos Actions

>

Communiqués

>

Formation des maîtres : une occasion manquée...

Communiqués

Formation des maîtres : une occasion manquée...

mardi 03 juillet 2012 par Patrick

Le cahier des charges de la formation des professeurs et Conseillers Principaux d’Éducation (CPE) écrit par les ex-ministres Chatel-Wauquiez a été publié vendredi dernier au Journal Officiel.

Pourtant, le Conseil Supérieur de l’Éducation (CSE) et le le Conseil National de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (CNESER) s’étaient unanimement prononcés contre.

Le Haut Comité de l’Éducation (HCE) avait donné un avis positif pour cause de « nécessité urgente de combler un vide juridique » mais cet avis était accompagné de « recommandations de modifications ».

Dans le même temps, la FSU avait demandé la mise en place d’un cahier des charges transitoire pour l’année scolaire 2012/2013. En attendant l’ouverture du chantier de la reconstruction de la formation des enseignants, cette solution aurait permis de dessiner de premières améliorations.

En procédant à cette publication, contre l’avis de la communauté éducative et universitaire, les nouveaux ministres ont manqué une occasion de donner un signe positif sur la formation des enseignants.

Au final, la formation des enseignants et CPE stagiaires connaîtra de timides avancées dans la prise en compte du besoin de formation professionnelle : 3 heures de décharge aux stagiaires de second degré, 6 heures pour les CPE et la prise en compte du souci d’amélioration de l’accompagnement des professeurs d’école stagiaire, notamment en début d’année sans pour autant garantir le tiers temps de formation.

La rentrée prochaine doit voir des améliorations notables dans le dossier de la Formation des Maîtres.

La FSU, réitère sa demande de concertation pour un cahier des charges transitoire.

Un nouvel arrêté peut être présenté au CSE et au CNESER de juillet pour être publié avant la fin du mois.

La FSU demande que le texte publié soit retiré et qu’un nouveau texte soit élaboré en urgence. Et ce, sans attendre, l’entière remise à plat du dossier de la formation des enseignants et des CPE.

Partager cet article :