F.S.U.

Accueil >

Médias

>

portraits, interviews

>

Marianna TRAUSTADOTTIR, dirigeante de la confédération (...)

portraits, interviews

Marianna TRAUSTADOTTIR, dirigeante de la confédération islandaise du travail (ASI)

jeudi 02 mars 2017

1. Comment est né le mouvement pour les droits des femmes en Islande ?
La mobilisation a commencé en 1975, année que les Nations Unies avaient décidé de consacrer aux femmes.
Le 24 octobre les islandaises se sont mises en grève pour exiger l’égalité dans l’économie, et dans la société. Nous voulions faire reconnaître l’importance du travail des femmes, dans le secteur économique, mais aussi le travail non payé et les tâches ménagères. Le 24 octobre 1975 a été un point tournant de la mobilisation des femmes en Islande, la mobilisation sociale la plus importante de son histoire.
25 000 femmes (soit 30%) se sont mobilisées. Après cette mobilisation, nous avons été le premier pays du monde à élire une femme présidente.
Depuis 1975 il y a eu plusieurs mobilisations le 24 octobre. C’est grâce à ces luttes que l’Islande est un des pays du monde dans lequel la situation des femmes est la meilleure.
Cependant, en septembre 2016 nous avons reçu plusieurs études démontrant que les écarts de salaires entre les femmes et les hommes augmentaient. En plus les élections législatives avaient lieu le 28 octobre. Nous voulions dire aux candidats de ne pas oublier l’égalité, que nous serions toujours vigilantes et exigeantes.
Mon syndicat, l’ASI, qui syndique 50% des salarié-es Islandais-es a invité les autres syndicats et les associations féministes pour préparer une grande journée le 24 octobre. Nous avons appelé les femmes à arrêter de travailler à 14h38. Il y a eu une manifestation à Reykiavic et dans 19 autres villes, qui a rassemblé 30 000 personnes.
En Islande ça représente 10% de la population ! Il y a eu énormément d’arrêts de travail, les hommes se sont mobilisés avec nous. Cette journée a permis d’obtenir un ministère qui est pour la première fois en charge des affaires sociales et de l’égalité F/H, une loi sur l’égalité salariale est en préparation. 48% de nos député.es sont des femmes. Mais ce qui s’est passé cette année démontrer que la lutte n’est jamais finie !

2. Quelles sont les revendications majeures pour les femmes en Islande ?
L’égalité des salaires, plus de femmes aux postes à responsabilité. Je suis optimiste parce que deux femmes viennent d’être élues PDG dans les 2 grandes banques Islandaises. La finance, c’est là où est le pouvoir. La violence contre les femmes est un gros problème en Islande. Nous voulons parler de la violence sur les lieux de travail, ce n’est pas seulement une question domestique, c’est une question de société.

3. Qu’attendez-vous de la mobilisation internationale du 8 mars ?
Il faut être activiste, se mobiliser pour faire changer les choses. Pour nous, la la solidarité internationale est importante.
Nous sommes inquièt-es sur les reculs dans le monde : Trump et ses mesures sexistes et racistes, les remises en causes des droits et des libertés en Pologne, en Russie ou en Turquie. Nous avons si peu d’accès aux média, nous avons besoin d’être ensemble, la solidarité est notre force. Nous serions très fièr-es que la mobilisation en Islande puisse aider toutes les femmes du monde. Cette année, il y a un appel international qui s’appuie sur les mobilisations aux Etats Unis, en Pologne, en Amérique Latine et en Islande. Les femmes s’organisent dans le monde entier et démontrent qu’une société qui remet en cause les droits et libertés des femmes tourne le dos au progrès.

Voir le communiqué sur le 8 mars en cliquant ici

Partager cet article :