F.S.U.

Accueil >

La Fédération

>

Les Dossiers

>

Droits des femmes

>

Notes, documents, communiqués...

>

Nous, syndicalistes, nous marcherons pour dire stop aux (...)

Notes, documents, communiqués...

Nous, syndicalistes, nous marcherons pour dire stop aux violences sexistes et sexuelles que subissent les femmes au travail

lundi 19 novembre 2018

Une centaine de syndicalistes se mobilisent afin que les victimes de violences sexuelles et sexistes soient protégées dans leur emploi et leur carrière.

Au travail, dans le secteur privé ou dans la fonction publique, les femmes ne sont pas épargnées par le sexisme et les violences sexuelles. 80 % d’entre elles déclarent y avoir déjà subi des propos sexistes (enquête du CSEP, 2015), 32 % du harcèlement sexuel ou une agression sexuelle (IFOP, 2018). Plusieurs milliers de femmes sont violées chaque année sur leur lieu de travail (CVS, 2017).

Qu’elles soient le fait d’employeurs, de supérieurs hiérarchiques, de collègues ou d’usagers, ces violences ont des conséquences sur l’état de santé des victimes, elles impactent leur entourage, elles ont des répercussions sur leurs conditions de travail et le déroulement de leur carrière.

Cette réalité, inadmissible, n’est pas une fatalité : des solutions existent qui nécessitent une réelle volonté politique et des moyens au-delà des déclarations d’intention.

Les violences contre les femmes au travail font encore grandement partie de nos angles morts. Ce qui se passe dans les entreprises ou les administrations ne relève pas seulement d’un rapport individuel entre des collègues ou entre l’encadrement et les salarié(e)s.

Devoir de protection des victimes
L’employeur du secteur privé ou de la fonction publique a une obligation inscrite dans la loi de prendre « les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs ». Les victimes qui dénoncent les violences subies doivent être protégées dans leur carrière et leur emploi. Elles doivent pouvoir bénéficier d’aménagements d’horaires et de poste, de congés, de mobilité fonctionnelle ou géographique à leur demande, et de soins. Il doit être mis en place des sanctions envers les employeurs qui licencient des victimes ou les témoins de harcèlement, de violences et de discriminations. Nous avons besoin que les instances représentatives du personnel disposent des moyens suffisants pour exercer leurs missions et prérogatives contre les violences sexistes et sexuelles.
Article réservé à nos abonnés Lire aussi Le long et douloureux parcours des salariées victimes de harcèlement sexuel

Dans la fonction publique, les ministères, les collectivités, les établissements de santé sont loin d’être exemplaires en matière de prévention des violences, de protection des victimes et de sanction des agresseurs. Nous exigeons la déclinaison et la mise en œuvre effective au plus près des lieux de travail de mesures contraignantes pour la prévention et la lutte contre les violences sexistes et sexuelles

C’est pourquoi, nous, syndicalistes, nous marcherons avec #noustoutes, partout en France, le 24 novembre.

Exemplarité dans la fonction publique
Nous sommes engagé(e)s pour lutter contre les violences sexistes et sexuelles sur nos lieux de travail et dans nos organisations. Parce que des collègues nous alertent sur certains comportements délictueux. Parce que des femmes victimes viennent nous solliciter pour trouver des solutions. Parce qu’elles se retrouvent face à des employeurs ou des directions qui refusent bien souvent de traiter les violences, de prendre des mesures de préventions, de mener une enquête, de sanctionner l’agresseur et d’accompagner les équipes, préférant changer la victime de poste, pour surtout, « ne pas faire de vagues ».

Le 24 novembre, nous marcherons, partout en France, pour dire stop aux violences sexistes et sexuelles que subissent les femmes au travail. Nous marcherons pour exiger des règles strictes dans les entreprises, afin de protéger les femmes de ces violences, et la mise en place de moyens de prévention et de contrôle. Nous marcherons pour exiger la création d’une obligation de négocier sur les violences sexistes et sexuelles sur tous les lieux de travail. Nous marcherons pour exiger de l’Etat employeur une exemplarité dans la fonction publique. Nous marcherons pour qu’en 2019, l’Organisation Internationale du travail (OIT) adopte une nouvelle convention contre les violences et le harcèlement au travail.

Nous marcherons parce que aucune femme ne doit être victime de violences sexistes et sexuelles. Ni au travail ni ailleurs.

Parce que nous ne voulons plus de ces violences.

RDV à Paris, à 14h, place de la Madeleine et partout en France

Carte des manifestations


Les signataires :
Nathalie Andrieux Hennequin, co-secrétaire générale SNUASFP-FSU
Verveine Angeli, secrétaire nationale de l’Union syndicale Solidaires
Consuelo Argiles, Sud éducation
Karine Autissier, UNSA Education
Marie-Christine Bastien, secrétaire générale EPA-FSU
Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT
Luc Bérille, secrétaire général UNSA
Eric Beynel, co-délégué de l’Union syndicale Solidaires
Emmanuelle Bigot, Sud Rail
Sophie Binet, pilote du collectif Femmes mixité CGT
Isabelle Bosseman, CGT CHU de Lille
Didier Bourgoin, secrétaire général SNUTER-FSU
Dominique Bousquenaud, secrétaire général de la Fédération Chimie Energie CFDT
Rachel Brishoual, secrétaire générale fédération UNSA
Marie Line Brugidou, CFE CGC Confédérale
Laurent Brun, secrétaire général de la CGT Cheminots
Marie Buisson, secrétaire générale FERC CGT
Jocelyne Cabanal, secrétaire nationale CFDT
Thierry Cadart, secrétaire national CFDT
Carole Cano, CFE-CGC Snapa Fédération Assurance
Jean-Marc Canon, secrétaire général de l’Union Fédérale des Syndicats de l’Etat CGT
Dominique Caruana, Sud Protection sociale
Emma Cathelinaud, Solidaires finances publiques
Nara Cladera, Solidaires Comminges
Delphine Colin, Union Fédérale des Syndicats de l’Etat CGT
Marianne Collard, Sud Collectivités territoriales
Evelyne Collin, secrétaire générale adjointe SNPI-FSU
Dominique Corona, secrétaire national UNSA
Pascale Coton, CFTC
Noura Damerval, Sud PTT
Saïd Darwane, UNSA
Cybèle David, Sud éducation
Christelle Dechâtre Bonnard, Sud Solidaires BPCE
Luce Desseaux, Secrétaire nationale SNUIPP-FSU
Stéphane Destugues, Secrétaire général de la fédération
CFDT Mines et Métallurgie
Gaëlle Differ, Solidaires 93-UL Saint Denis
Florence Dodin, secrétaire générale adjointe de l’UNSA
Peggy Durlin, Sud Cam
Laurent Escure, SN UNSA
Luc Farre, secrétaire national fonction publique UNSA
Louise Fasso Monaldi, CGT Ministère du travail
Julie Ferrua, Sud Santé-sociaux
Sylvie Filipe Da Silva, co-secrétaire général de la CGT Agri, ministère de l’agriculture et ses établissements
Benoît Garcia, membre du CESE, CGT Finances
Igor Garncarzyk, secrétaire général SNUPDEN-FSU
Sigrid Gerardin, co-secrétaire générale SNUEP-FSU
Alain Gergaud, secrétaire national UNSA
Cécile Gondard-Lalanne, co-déléguée de l’Union syndicale Solidaires
Denis Grégoire, CFDT secrétaire général de la fédération des Finances
Bernadette Groison, secrétaire générale FSU
Saphia Guereschi, secrétaire générale SNICS-FSU
Murielle Guilbert, secrétaire nationale de l’Union syndicale Solidaires
Sylvie Guillou, secrétaire nationale SNUITAM-FSU
Fabien Guimbretière, CFDT secrétaire général de la Fédération Agroalimentaire
Jannick Guiramand, Sud Recherche
Olivier Guivarch, Secrétaire général CFDT Services
Daniel Guyard, CFE-CGC
Anne Guyot-Welke, Solidaires finances publiques
Clémence Helfter, militante CGT
François Hommeril, président confédéral CFE CGC
Benoit Hubert, secrétaire général SNEP-FSU
Mylène Jacquot, CFDT Fonctions publiques
Vanessa Jereb, secrétaire nationale UNSA
Martine Keryer, secrétaire nationale Santé au travail et Handicap CFE-CGC
Cecilia Koch, UNEF, le syndicat étudiant
Marie Jose Kotlicki, UGICT CGT
Ophélie Labelle, CGT Santé et Action Sociale
Bruno Lamour, secrétaire général de la fédération de l’enseignement privé CFDT
Sabine Landrevie, secrétaire générale SNUTEFI-FSU
Christiane Large, CFE CGC
Christine Lê, Alliance CFE UNSA énergies
Lilâ Le Bas, présidente de l’UNEF
Claire Le Calonnec, secrétaire générale de la fédération INTERCO CFDT
Marie Louise Le Coguiec, secrétaire générale SNE-FSU
Laurence Le Louët, co-secrétaire nationale SNPES-PJJ-FSU
Annie Lemasson, secrétaire générale SBUP CDC-FSU
Marylise Leon, secrétaire générale adjointe CFDT
Béatrice Lestic, secrétaire nationale CFDT
Sylvie Liziard, secrétaire nationale de l’ UNSA
Philippe Louis, président de la CFTC
Frédérc Maguet, secrétaire général SNAC-FSU
Laurent Mahieu, secrétaire général CFDT Cadres
Raphaelle Manière, CGT membre Cese
Dominique Marchal, secrétaire confédérale de la CFDT
Frédéric Marchand, secrétaire général Unsa-Education
Emmanuel Margelridon, UNSA éducation
Benoît Martin, CGT Paris
Luc Martin-Chauffie, UNSA
Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT
Gaëlle Martinez, déléguée générale de Solidaires Fonction Publique
Luc Mathieu, CFDT Secrétaire général de la fédération Banques et assurances
Corinne Melis, syndicat ASSOS
Franck Mikula, chargé de mission égalité Femmes-Hommes CFE-CGC
Inès Minin, secrétaire nationale CFDT
Patrick Monfort, secrétaire général SNCS-FSU
Rémy Moreuille-Tassart, secrétaire général SNEPAP-FSU
Jérôme Morin, secrétaire générale CFDT Communication Conseil Culture,
Catherine Nave-Bekhti, secrétaire générale de la fédération SGEN CFDT
Damien Pagnoncelli, CGT UD du territoire de Belfort
Dorine Pasqualini, SNUPFEN Solidaires
Eric Pedebosc, UNSA éducation
Nicolas Perry, syndicaliste CGT
Valérie Petit Lesage, secrétaire générale URIF CGT
Catherine Pinchaut, secrétaire nationale CFDT
Véronique Ponvert, secrétaire nationale FSU
Francette Popineau, co-secrétaire générale SNUIPP-FSU
Rui Portal, CFDT secrétaire général de la Fédération construction et bois
Philippe Portier, secrétaire national CFDT
Pascal Priou, secrétaire national UNSA
Isabelle Prono, Sud santé-sociaux
Serge Ragazzaacci, secrétaire général CGT 34
Elsa Regent, UNSA
Eve Rescanières, secrétaire générale CFDT Santé Sociaux
Julie Robert, secrétaire générale adjointe SNASUB-FSU
Anne Roger, responsable secteur femmes SNESUP-FSU
Frédérique Rolet, secrétaire générale SNES-FSU
Cédric Roms, Sud culture et médias Solidaires
Marie-Noëlle Rousse, secrétaire générale UD UNSA
Aurélia Sarrasin, secrétaire nationale SNES-FSU
Frédéric Sève, secrétaire national CFDT
Edgard Stemer, secrétaire général de la Fédération Transport et environnement CFDT
Mireille Stivala, secrétaire générale fédération CGT Santé et Action Sociale
Milena Surbled, co-animatrice de la commission égalité femmes-hommes SNETAP-FSU
Guillaume Trichard, secrétaire général de la fédération UNSA industrie
Emilie Trigo, secrétaire nationale UNSA
Jean-Marie Truffat, secrétaire national UNSA
Marie Vairon, Sud PTT
Céline Verzeletti, secrétaire confédérale de la CGT
Marie-Jeanne Vidaillet, GFPP CFE-CGC
Martine Vignau, secrétaire nationale UNSA
Nadira Zeroual, Solidaires informatique.

Partager cet article :