F.S.U.

_# 99. Archives antérieures au 31 mars 2008

Palestine

mercredi 26 mars 2008

Palestine

La FSU condamne l’offensive récente lancée par Israël contre la population de Gaza qui a fait plus de 130 victimes dont de nombreux enfants. Il condamne aussi les tirs de roquettes du Hamas sur les populations civiles de Sderot et d’Ashkelon. Il estime que la riposte israélienne collective sur les populations civiles de Gaza, alors que des associations humanitaires donnent déjà l’alerte sur un blocus total des frontières qui crée une catastrophe humanitaire jamais atteinte depuis la guerre de 1967 ne peut qu’exacerber les haines, comme on vient de le voir avec l’épouvantable attentat à Jérusalem le 5 mars dernier. La négation persistante des droits des Palestiniens entraîne le Proche-Orient dans une spirale tragique. La colonisation accélérée, la construction du Mur, la multiplication des check-points, les incursions militaires ont transformé la Cisjordanie en une mosaïque de petites prisons et Gaza reste une prison à ciel ouvert.

Le bien-fondé de la sécurité d’Israël ne peut justifier ni l’occupation, ni l’agression, ni les massacres de civils. Au contraire, cela ne fait que repousser les conditions du règlement du conflit entre Palestiniens et Israéliens. Ce n’est pas non plus cette brutale politique de force qui peut assurer la sécurité de la population d’Israël.

Seul un règlement global du conflit sur la base du respect des résolutions de l’ONU peut y parvenir, et en particulier la reconnaissance internationale et réciproque de deux Etats, palestinien et israélien, dans des frontières reconnues et respectées, établies sur la base de la résolution de l’ONU n° 242 de 1967.

La communauté internationale, et en particulier l’Union européenne doivent agir et exiger une force de protection des populations, et contraindre Israël, y compris par l’application de sanctions économiques (boycott, retrait des investissements, suspension des accords d’association entre l’UE et Israël), au respect du droit international, en particulier l’arrêt de l’occupation et le démantèlement des colonies, comme celui du mur qui isole les territoires palestiniens les uns des autres et les enclavent. L’ensemble des territoires occupés par Israël depuis 1967 doivent être évacués. Des négociations sous l’égide de l’ONU doivent s’ouvrir pour la libération et l’échange des prisonniers, et la question du droit au retour ou à indemnisation des réfugiés doit être évoquée, sur la base de la résolution n°194 de 1948.

La FSU apporte son soutien et participera à l’initiative « 6 heures pour la Palestine » dans le cadre de la campagne « Paix comme Palestine » le 17 mai prochain

CDFN mars 2008

Partager cet article :