F.S.U.

Accueil >

Nos Actions

>

Communiqués

>

Projections financières du COR : refuser le piège du (...)

Communiqués

Projections financières du COR : refuser le piège du catastrophisme, porter nos propositions

mercredi 14 avril 2010 par Patrick

Comme prévu, l’actualisation des projections financières du COR met en évidence les effets de la crise financière et économique sur les régimes de retraites.

Bien que notre système de retraite ait pleinement joué son rôle d’amortisseur social pendant la crise, et alors que dans le même temps les fonds de pension perdaient en une seule année 5400 Mds de dollars, les effets économiques de cette crise risquent de se faire durablement ressentir si des politiques favorables à l’emploi, et aux salaires ne sont pas privilégiées. Pour la FSU, les futurs retraités n’ont pas à payer la facture d’une crise économique qu’ils paient déjà au prix fort en tant que salariés. Car si les besoins de financement sont réels, pour la FSU les ordres de grandeurs obtenus nécessitent d’être clarifiés.

La FSU souligne le peu de pertinence des scénarios catastrophes mis en avant, envisageant une croissance de la productivité de + 1,5 par an alors que la moyenne observée sur la période 1991-2007 est de 1,8 ! Gouvernement et patronat ne manqueront pas de les utiliser pour présenter comme inévitables un report de l’âge légal et un allongement de la durée de cotisation.

Par ailleurs une part des besoins de financement présentés dans le rapport tient à un mode de calcul arbitraire de la contribution de l’état pour ses fonctionnaires, qui fait de la baisse du nombre des fonctionnaires et de leur pouvoir d’achat un facteur d’amplification de ces besoins.

La FSU considère que les projections du COR mettent en évidence le caractère central des questions d’emploi, de salaires et de l’investissement productif pour le financement des régimes de retraite.

En remettant ces besoins de financement à leur juste place, il est parfaitement envisageable d’actionner le troisième levier : augmenter les ressources. Cela suppose, contrairement au parti pris gouvernemental, de « tout mettre sur la table » et de débattre du taux de cotisation, de l’élargissement de l’assiette de ces cotisations aux revenus du travail et du capital qui échappent à la solidarité et de moduler ce taux en fonction de la valeur ajoutée des entreprises afin de ne pas pénaliser l’emploi et les salaires.

Pour ces raisons, la FSU, conformément aux mandats donnés par son congrès, appelle les personnels de son secteur à se mobiliser notamment dans le cadre des journées du 20 avril et du 1er mai avec l’ensemble des salariés afin de mettre en échec les projets de régression et de faire entendre que d’autres choix sont possibles.

Partager cet article :