F.S.U.

Formation des enseignants

Recruter : Un besoin urgent

mercredi 11 décembre 2013 par Francois

Crise du recrutement 

Début novembre, alors que le ministre se félicitait de la hausse des inscriptions au concours, le communiqué FSU du 8/11/13 intitulé « crise du recrutement : la transparence sur les chiffres  » a souligné le problème des doubles inscriptions et la persistance d’une crise de recrutement qui pénalise les élèves (pénurie de titulaires, crise du remplacement.

La FSU a demandé que les parlementaires puissent connaitre les chiffres réels (donc pondérés des doubles inscriptions).

Elle a demandé la transparence sur les chiffres réels (donc pondérés des doubles inscriptions permettant une interprétation fiable de l’évolution du vivier de candidats.

Les admissibles aux concours exceptionnels (2014 anticipé), une fois déduits les candidats déjà admis à la session 2013, ne couvriront pas les 10 750 postes prévus pour le second degré : faute d’admissibles, 470 postes sont déjà perdus dans 10 disciplines de CAPES-T.

Pour les inscriptions aux concours 2014, il faudrait disposer des chiffres nets pour savoir s’il y a lieu de se réjouir d’une augmentation réelle, ou non.

Emplois d’Avenir Professeur (EAP) : un dispositif qui ne fait pas recette

Ces contrats aidés de droit privé réservés aux étudiants boursiers (L2, L3, M1) se destinant aux métiers de l’enseignement leur offrent un salaire de 402 euros nets et une bourse complémentaire de 217 euros, contre 12h de service en école, collège ou lycée, en parallèle de leurs études. Objectif : 18 000 EAP à la rentrée 2015.

Bilan de la 1ère vague : sur les 4000 contrats ouverts au 1er janvier 2013, seulement 2500 recrutements réalisés au 31 mai (d’après Libération du 12/06/13)

Bilan de la 2e vague : (réponses du Ministère, audience SNES du 10/10/2013) :

Sur les 6000 nouvelles places, 2700 contrats signés + la ½ des premiers contrats renouvelés (1250).

Total : environ 4000 recrutements sur les 10 000 contrats ouverts le 1er octobre. Actuellement, de nombreuses académies recrutent toujours (dont Paris, Créteil, Versailles, Poitiers, Reims, Toulouse…).

Le sénateur J-B MAGNER président du Groupe de travail sur le prérecrutement dans l’E.N. concluait en février 2013 ’qu’avant d’aller éventuellement plus loin, il conviendra d’évaluer attentivement le dispositif des EAP’.

Le projet de budget 2014 prévoit de monter à 16 000 EAP à la rentrée 2014.

Invitée le 11 décembre par la mission d’information du Sénat sur les ESPE, la FSU demande à nouveau la publication d’un bilan détaillé des EAP et de leur efficacité, tant pour la démocratisation de l’accès aux métiers de l’enseignement, que pour la résorption de la crise de recrutement.

Les Aides aux candidats aux concours de l’enseignement supprimées au projet de budget 2014

12 000 aides financières, créées en 2009, pour renforcer l’attractivité du recrutement des enseignants, ont été ouvertes à tous les étudiants, boursiers sociaux ou non, inscrits dans une préparation aux concours externes de l’enseignement.

Supprimées au budget 2013 pour financer par redéploiement les EAP, elles ont finalement été rétablies en janvier 2013 suite aux mobilisations de l’UNEF et des syndicats FSU.

Leur suppression dans le budget en débat pour 2014 serait désastreuse, alors que de nombreux candidats aux concours 2014 sont contraints de se salarier au lieu d’être assidus aux cours de préparation, au risque d’échouer aux épreuves.

La FSU demande le rétablissement immédiat de ces aides financières pour que les deux sessions de concours 2014 fassent le plein et que tous les postes soient effectivement pourvus.

Ce que la FSU demande :
Pour démocratiser l’accès à nos professions et répondre à la crise de recrutement, la FSU demande la mise en œuvre de pré-recrutements massifs dès les premières années d’enseignement supérieur. Le dispositif d’Emploi avenir professeur (EAP) ne répond pas aux besoins.

Les pré-recrutés doivent avoir un statut d’élève-professeur garantissant des conditions de formation de nature à favoriser la réussite au concours et au master, rémunérée et comptant pour la retraite.

Ils ne doivent pas être utilisés comme moyens d’enseignement ni pour constituer un vivier de personnels précaires.

Ils devraient pouvoir se consacrer entièrement à leurs études et suivre des modules de pré-professionnalisation. (Congrès de Poitiers, février 2013)

Signalons que dans un rapport rendu en juillet 2013 sur Les difficultés de recrutement dans certaines disciplines, l’Inspection Générale préconise, à côté des EAP, la création de prérecrutements sur critères universitaires.

 

Partager cet article :